Lac Bras d’Or, Nouvelle-Écosse

16 août — 4 septembre 2021

Premier mouillage dans le lac Bras d’Or : Surprise Cove ! Une toute petite ouverture au bout d’un mini canal étroit, d’où on pouvait presque toucher les branches des arbres de chaque côté en passant. En suivant les instructions précises du « Cape Breton Cruising guide » on s’est rendu sans problème, mais il faut dire qu’on avait un œil attentif sur le sondeur et la couleur de l’eau tout le tour… Quand même un peu stressant comme passage…

Falaise de gypse d’un côté, bayou de l’autre… à part les maringouins voraces qui se sont présentés à la queue leu leu pendant qu’on prenait notre première douche à poil sur le pont, ce petit mouillage surprise était un vrai havre de paix. Ça nous a permis de tester les moustiquaires. Merci aux anciens proprios pour ces merveilleux morceaux d’équipement essentiels pour conserver la santé mentale de l’équipage !

Baddeck

Un village nautique à ne pas manquer. On y trouve :

  • le Bras d’Or Yacht Club pour les régates, les camps de 420 et d’Optimiste pour les enfants, et aussi un quai à dinghy gratuit
  • le quai public et resto sur le waterfront.
  • Baddeck Marine qui est à la fois une marina, un boat yard, un magasin général de gugus de bateau, et qui offre des douches, toilettes et laveuses sécheuses ouvertes à tous
  • Des bouées de mouillage à louer
  • De la place pour jeter l’ancre gratuitement
  • Une petite île avec une plage et un phare accessibles en dinghy
  • Des mûres et des framboises à cueillir sur le sentier de l’ile
  • Plusieurs restos
  • Une quincaillerie
  • Une épicerie
  • Et SURTOUT une crèmerie sympathique

Le gros luxe cet endroit. Et on n’est pas les seuls à avoir pensé ça… En arrivant, on était les seuls au mouillage, juste en face du musée Alexandre Graham Bell. Le lendemain, 2 gros catamarans s’étaient installés entre nous et le yacht club. Le surlendemain, Minaha et la Familiale étaient derrière nous. Puis un peu plus tard c’est Bohème qui nous a surpris en se faufilant entre nous et le musée, puis Globetrotteur de l’autre côté, et enfin un 3e catamaran derrière… Bref, ça n’a pas été long qu’on était complètement entouré !

On s’est arrêté ici une semaine, et on a rencontré vraiment plein de bon monde ! Clin d’œil à nos amis québécois sur Minaha, la Familiale, Bohème, No Agenda, Globetrotteur et Folie d’Eau. Entre nos 5 à 7 sur la plage et nos échanges sur toutes les stratégies possibles pour se rendre dans le sud malgré l’annonce de l’interdiction de passer les douanes américaines en bateau jusqu’au 21 sept (ou plus), ce fut un grand plaisir de vous côtoyer à Baddeck !

On était vraiment relax Rémy et moi, il faisait beau soleil presque tout le temps, et on se donnait des missions quotidiennes d’aller réparer le dinghy sur la plage. Comme si ça prenait des excuses pour aller à la plage… Le dinghy a tout de même eu sa dose de colle (malgré qu’il dégonfle encore…), et nous notre dose de soleil, de social, de mûres juteuses et de maringouins.

Le 23 août, l’heure sonnait pour Rémy, time to go back to work for 2 weeks in Fermont… et Aline arrivait en auto pour le « crew change ». On s’était pris une place à quai à Baddeck Marine pour faciliter le transfert, et en même temps avoir l’esprit tranquille par rapport à la mauvaise météo du lendemain. Je n’étais pas là pour accueillir Aline quand elle est arrivée, parce qu’entre temps — dans la magie des belles rencontres de la vie — on avait rencontré Wilson, un très gentil et généreux personnage originaire de Terre-Neuve, qui nous a offert de nous prêter sa 2e voiture pour aller faire la Cabot Trail ! Impossible de refuser une telle offre, je savais qu’on serait bien mieux en Corolla qu’en voilier le lendemain avec le temps qu’il annonçait… Je l’ai donc suivi sans hésiter pour aller récupérer notre bolide chez lui à Sydney.

Cabot Trail

Aline ne se doutait pas qu’en venant faire de la voile avec moi elle ferait beaucoup plus de kilomètres que de mile nautique. La Cabot Trail c’est magnifique, même si on avait juste une journée pour faire le tour, et qu’on n’est pas arrêtée partout, on a dévoré le paysage (et les fruits de mer). Un vrai délice !

Aline et moi, on savait qu’on allait bien s’entendre, mais on ne se doutait pas à quel point… On était sur la même longueur d’onde tout le temps, on se volait les mots de la bouche, et on a même découvert qu’on était deux amoureuses des roches ! On s’est arrêté à Dingwall pour faire une bonne grosse cueillette, on a rempli nos bas, nos souliers et nos poches, et on avait encore les mains pleines. On n’avait jamais vu autant de belles roches au pied carré. C’était le paradis des roches ! Sa petite-fille Léa va être contente 😉 (Pour les inquiets, oui oui, nous avons bien rangé nos roches dans la cale du bateau… du poids sur la quille, ça ne fait pas de tort !)

Shunacadie

Apparemment une des plus belles plages du lac Bras d’Or… euh… on est allé, on s’est baigné, c’était ok, mais ne faites pas un gros détour pour celle-là, sérieux. La ride de dinghy entre notre mouillage et la plage était quand même bien drôle ! (C’est là qu’Aline a compris pourquoi ça nous prend vraiment un sticker « Harley Davidson » sur notre hors-bord, il fait tout un vacarme…)

Barra Straight Marina

Ça, c’est la petite marina sur le bord du pont-levis au milieu du lac.

  • 2 gros quais fixes en décomposition, mais présentement en train de se faire refaire une beauté
  • Eau non protégée, donc s’arrêter seulement en vents légers, et si vous pouvez être sous le vent du quai
  • Réseau d’électricité nouvellement installé sur les quais
  • Douche, laveuses, WiFi inclus dans le modique prix de 1 $/pi (si vous passez la nuit)
  • Gratuit si vous arrêtez seulement pour manger au resto (très bon Fish and Chips) !
  • Apparemment que tout près de là se trouve un village d’antan super sympa à visiter (mais nous l’avons su trop tard)

Marble Mountain

C’est Wilson qui nous a dit de ne pas manquer cet endroit. Ça tombait bien parce qu’il annonçait des vents de secteur nord à 30 kt et nous voulions nous trouver un mouillage bien protégé. On a passé 2 nuits dans la petite baie MacDonald, juste à côté de Marble Mountain. On était tellement bien protégé qu’on n’avait même pas de réception cellulaire. J’ai hissé mon téléphone dans le mat pour essayer de capter quelque chose, mais ce fut un échec à répétition. On a pu enfin donner de nos nouvelles et vérifier nos courriels en allant au bord en dinghy et en marchant vers le point de vue près de l’ancienne carrière de marbre. La vue était splendide, la voici :

St Peters

Une belle journée de voile au portant entre Marble Mountain et St Peters. Aline à la barre, et le dinghy qui s’excitait dans les vagues en remorque. On a fini le trajet au moteur, car les viraillages entre les îles nous amenaient vent debout à quelques reprises, et ne sachant pas trop à quoi s’attendre, on a voulu être prudente. Comme Aline disait « c’est pas mon bateau », alors ne prenons pas de chance.

En entrant dans la baie, on s’est rapproché de Big Fish, on les a pris en photo :

On ne les connaissait pas encore, mais on a eu la chance de les rencontrer plus en détail le soir à la marina. Encore du bon monde sur notre chemin JClin d’œil à vous deux Hugo et Mireille ! En espérant vous recroiser bientôt !

On a eu un super accueil de la marina qui sont, semble-t-il, toujours là pour attraper les amarres de leurs clients (même le lendemain, quand on est sorti faire des ronds dans l’eau juste pour le fun, ils étaient là à notre retour, sans qu’on les ait appelés ou avertis), en tout cas, tout un service !

Nous avons passé presque une semaine à St Peters, car la météo n’était pas très favorable pour sortir dehors (la marina de St Peters est du côté « lac » du village, et on doit passer l’écluse pour sortir dans l’Atlantique… pour la suite du voyage), on annonçait que ça allait brasser quand les restants de la tempête tropicale Ida passeraient dans le coin… Alors on était content de pouvoir s’abriter ici le temps qu’il faudrait. Nos chemins se sont encore croisés avec Céline et George de Minaha, qui ont décidé de retarder leur voyage dans le sud à l’an prochain et sortent leur bateau de l’eau ici à St Peters bientôt.

We also met again with the Roth family on the beautiful Navicula (yes, I’ll always have a crush for J boats… this one is a J46 from Charlevoix, Michigan). There was lots of help and knowledge sharing happening on the docks before the bad weather came. Gerry, the dockmaster, knows his marina very well and told us that we were worried for no good reason… (I’m very thankful he was right…) but I misbehaved and doubled all the dock lines on the boat, spreading the load on all cleats (on the dock as well as on the boat), added chafing preventers to dock lines, wrapped a line around the mainsail cover, wrapped a halyard around the furled genoa, tied the solar panel and the dodger down, secured the dinghy in the water with fenders, etc, etc, etc… Gerry thought I was crazy.

But I wasn’t the only crazy one. Herb did pretty much the same to Navicula, plus, he tied his boat to the fuel dock because he didn’t want to rip off another dock (his boat got a little damaged in Hurricane Dorian 2 years back… and it ripped off 2 pilings of the dock where he was tied in PEI – People learn from experience!).  When he was done with his boat, he came back to our dock to check what Celine, Aline and I were up to, and since George was gone to get his car in Québec, he helped Celine preparing Minaha with as much detailed attention as he did on Navicula. Minaha was all double and triple tied, wrapped up and ready for any disaster to happen. This is true seamanship.

Another American boat came to hide, Little Cloud, a Catana 43 catamaran. We had seen them too in Baddeck. Really nice people everywhere… Céline, George, Kristin, Herb, Andrew, Michelle, Andrew and Cortland… it was great to spend some time hanging around with you guys, practicing a little English, and sharing sailing stories!

À part la préparation pour le mauvais temps, on s’est promené avec Aline et Céline, on a jasé avec l’éclusier, on a mangé des fish and chips, de la crème glacée, on est même allé jouer au bingo avec Andrew ! Et Aline a failli gagner le grand prix de 1000 $ pour une carte pleine ! Ouf !!!! Trop d’émotion au Club Lion de St Peters…

Aline et moi on regardait la météo tous les jours, se cherchant une fenêtre décente pour faire un bout vers le sud-ouest. On était censé se rendre à Halifax, mais plus les jours passaient, plus on réalisait qu’on n’y arriverait pas. Soit il annonçait des vents de 30 kt, soit il ventait plein sud-ouest. Et connaissant les performances de Sage au près serré, il n’était pas question de faire 150 miles le « vent-dans-face »… ça aurait fini par nous prendre 1500 miles. Non merci. (Ce qu’on a eu la chance de faire par contre, pendant nos longues journées d’attente, c’est de prendre toutes les mesures pour commander un nouveau foc ! Un jour les amis, on va pointer un peu plus au près serré… je vous jure !)

On a fini par se tanner d’être à quai, et ça nous a pogné très soudainement toutes les deux. On s’est regardé et on s’est dit : « Bon, la météo n’est pas parfaite, mais on y vas-tu ? » Une fois de plus, Aline et moi on pensait la même chose en même temps… Let’s GO !!!!

Nos amis américains étaient partis le matin même vers Yankee Cove et ils allaient faire la run vers Halifax le lendemain non-stop. Nous, en se décidant un peu sur le tard, n’allions pas en faire autant, mais on voulait quand même s’avancer un peu pour profiter de la météo favorable du lendemain pour faire un petit bout au large. Il fallait prendre en compte dans notre calcul que l’écluse ouvrait juste de 0800 le matin, plus le temps d’attente et de passage, on ne serait pas « dehors » avant 0900 et on perdrait du précieux temps de bon vent. Alors tout était indiqué pour sortir maintenant.

Pit-stop au fuel dock, on remplit les réservoirs d’eau, et hop Céline et George nous larguaient les amarres. J’ai voulu prendre un time-lapse de notre passage dans l’écluse, mais pour une raison obscure, la caméra n’a rien enregistré… désolée ! Par contre, voici quelques images de notre sortie dehors et de notre navigation au large de l’île Madame, direction Canso.

Recevez une notification par courriel à chaque nouvelle publication

Juste nos histoires... aucun spam, promis!

This Post Has 5 Comments

  1. Daniel Cloutier

    Super chouette de vous suivre, hâte de voir la suite…
    Daniel et Céline
    LaFamiliale

  2. Lucie

    Allo Magalie,
    Quelle belle aventure que vous vivez. C’est que du plaisir et du bonheur de te lire.
    Bravo d’écouter ton élan du coeur et de réaliser ton rêve.
    Le sud vous attend.
    Gros câlin
    Lucie

  3. Marie-Noëlle Goulet

    Un duo d’enfer! Je vous aime les filles!

  4. Papa

    Un petit peu jaloux ( j’avoue ). En te lisant, j’ai l’impression d’être à tes côtés tellement que le texte m’emballe. Lâche pas ton bonheur ma chérie. Papa xxx

    1. Magalie Laniel

      Tu es à nos côtés plus que tu penses, et vous êtes les bienvenues n’importe quand xx

Leave a Reply