Guadeloupe – SXM

GWAD - SXM (dec. 2023)

The weather, just like anything in life, is never permanent, and many of us – sailors stranded in Deshaies – saw a window of opportunity to set sails again. My first intention was to sail to St-Martin in many small stops, via the small volcano islands of Montserrat, St-Kitts, Statia and Saba. However, the “window” did not seem to last long enough to do that without motoring between the islands at some point. So I chose to grab that window to sail straight to St-Martin. It was going to be my new personal singlehanding record : 140nm. However, I ended up doing it in much less time than my 100nm of last year (St-Martin to Antigua – which ended up taking longer because I was tacking upwind).

I left my mooring ball around 3pm on Saturday afternoon, the wind was calm but it was forecasted to be in the high 20s all night, so I made sure I had 2 reefs in the main with the jib set before sunset. The seas were still pretty high from the heavy wind we had all week. The Hydrovane steered Sage all night on an oscillating route, following each windshift, while I spent most of my time down below. Checking for traffic every 15-30 minutes (boring… nobody there!), and watching BiggerFish slowly catching up to me on AIS. Sage was going full steam ahead, in what seemed to be 6-8ft seas and 20-30kt of wind on the beam. It was a tough ride on the body… felt like being tossed around in a washing machine, and napping was a challenge, even in the coziness of the cabin. Sage averaged 6.5kt on that ride… Considering a slow start, it probably means averaging over 7 in the roar of the night.

As always, I planned my route to be in the deep waters all night, so no worries about fish pots… Right? Well, let me tell you a story! It was just around sunrise, BiggerFish was getting closer and slowly passing me about 1 mile away on starboard. Since I was sailing with the Hydrovane, I kept an active watch to make sure no major windshift would bring me too close to them. In the dark, 1 mile feels very close, and at 7kt it is traveled in less than 10 minutes! So my 15 minutes nap alarm rings, I check the AIS, all is good, I poke my head out, no traffic, sails are trimmed ok and I’m still on course. However, before snoozing again for 15, I notice there’s a kind of submerged mountain ahead of me when I look at the sonar charts of Navionics. It looks very pointy and the peak is at 250ft deep (while everywhere around is 2000 ft deep). I’m obviously not worried of running aground there, but a sharp deviation on the sea floor can sometimes cause funky wave patterns. Although in this case, because it’s a very narrow bump, I’m guessing that it won’t be too affected, and I decide not to alter my course for that. So I start the timer and get back to my napping. 15 minutes goes by (very quickly at 6am), and I do my little drill again : I check the AIS, all is good, I poke my head out of the companionway to check sails and trafic, and what do I see??? A huge blue barrel with a bunch of smaller buoys attached to it, passing right by the starboard side of Sage! Do you know what that means? That means, some crazy fisherman dropped a fish pot on the tiny pointy top of the submerged mountain that is 250ft deep in the middle of nowhere (10 miles from the closest shore of St-Kitts). But do you also know what it means? That I was a few feet from catching that junk in my rudder! And this is not the usual little buoy… it’s a freakin 42 gallons BARREL!!!! I still have chills at the thought of the ‘what if’… But I safely landed in Marigot at 1pm next day (about 22h from the start).

Dame nature, comme toutes les autres dames, finit toujours par changer d’idée[1]. Plusieurs marins, comme nous coincés à Dehaies depuis un certain temps, y avons vu une opportunité d’hisser les voiles à nouveau. Mon intention initiale était de naviguer vers Saint-Martin en faisant des sauts de puce, en m’arrêtant sur les iles de Montserrat, St-Kitts, Statia et Saba. Par contre, la fenêtre d’opportunité ne semblait pas toute à fait assez longue et m’aurait obligée à motorer entre les iles. J’ai donc décidé d’optimiser l’usage de cette fenêtre météo et de me rendre à Saint-Martin sous voile, en un seul leg. Il allait s’agir de mon reccord personnel en solitaire – 140 milles nautiques. Par contre, malgré que ça soit mon record en distance, il s’avère que ce ne fut pas mon record en durée; il m’aura fallu beaucoup moins de temps pour ces 140 milles qu’il m’en avait fallu l’an dernier pour parcourir les 100 milles qui séparent Saint-Martin et Antigua – principalement parce qu’à ce moment-là, je tirais des bords au près! Pas cette fois ci!

Je me suis libérée de ma bouée de mouillage vers 15h le samedi, le vent était faible, mais on me prévoyait plutôt un vent dans les 25+ nœuds durant toute la nuit. Je me suis assuré que le foc soit à poste, et j’ai pris deux ris dans la grand’voile avant le coucher du soleil. La mer était encore pas mal formée vu la météo qu’on venait de subir durant la dernière semaine. L’Hydrovane a barré Sage toute la nuit, en suivant une route un peu oscillante, au gré des changements du vent, tandis que j’ai passé la plupart de mon temps à l’abri dans le bateau. Je m’assurais de scruter l’horizon au moins à toutes les 15 minutes, malgré la monotonie de la tâche; il semblait n’y avoir personne d’autre sur l’eau durant toute la nuit, à l’exception de BiggerFish, que je voyais me rattraper lentement sur l’AIS. Sage allait à toute allure, surfant sur des vagues qui devaient avoir 6 ou 8 pieds de hauteur, et avec un vent de 20 à 30 nœuds sur le travers. C’était une traversée physiquement difficile, j’avais l’impression d’être à l’intérieur d’une machine à laver, et pas au cycle délicat. Faire des siestes était en soi un défi, même protégée à l’intérieur du bateau. Sage a navigué à une moyenne de 6.5 nœuds durant cette traversée… considérant le départ plutôt lent, ça veut dire que la vitesse durant la nuit s’est maintenue pas mal tout le temps au-dessus de 7 nœuds.

Comme toujours, j’ai planifié ma route en eaux profondes toute la nuit, pour ne pas avoir à me soucier des divers appareils de pêche qui semblent parfois expressément conçus pour attraper les voiliers. Du moins, c’est ce que je pensais. Autour du lever du soleil, BiggerFish se rapprochait et était sur le point de me dépasser, à environ 1 mille sur bâbord. Puisque je naviguais avec l’Hydrovane (qui suit l’angle du vent – rappelons-le) je devais être particulièrement vigilante pour éviter qu’un virement de vent ne me fasse dévier de ma route au risque de causer une collision. Bon, un mille, c’est quand même loin, mais dans le noir, ça peut sembler bien peu, et, à 7 nœuds, c’est une distance qui se parcoure en moins de 10 minutes. Donc mon alarme de sieste sonne, je vérifie l’AIS, tout est OK. Je me sors la tête du bateau; pas de lumières et les voiles sont encore bien réglées et je suis encore sur le bon cap. Mais avant de redémarrer la minuterie, je remarque, sur Navionics, que je suis en train de passer sur un pic rocheux sous-marin et que la profondeur passe spontanément de 2000 pieds à 250 pieds. Clairement, je ne vais pas m’échouer dans 250 pieds d’eau, mais souvent, à cause des courants sous-marins, de telles montagnes sous-marines peuvent impacter d’amusante manière les vagues en surface. Par contre, dans ce cas-ci, probablement parce que c’était un pic si abrupt et isolé, je suppose que ça ne devrait pas être si pire, donc je ne me dévie pas et je passe drette dessus. Les 15 minutes de la minuterie s’écoulent (particulièrement vite à 6h du matin quand on a navigué toute la nuit) et je fais ma petite routine à nouveau; je vérifie l’AIS, tout est OK. Je sors ma tête du bateau, et qu’est-ce que je vois? Un piège à voilier; un gros baril bleu avec un paquet de petites bouées attachées après. Ça veut dire qu’il y a un pêchou un peu fou qui a décidé d’installer son gréement sur la toute petite pointe pointue de la grosse montagne sous-marine. Pis pas juste une petite bouée de péchou comme chez nous… un mosus de gros baril de 42 gallons US. J’ai encore des frissons quand j’imagine ce qui aurait pu arriver si je m’étais entortillé le safran là-dedans… Mais je suis arrivée à Marigot à 1h de l’après-midi… soit environ après 22h en mer.

[1] Traduction libre

SXM (St-Martin / Sint-MAARten)

It is now Dec. 20th and it is a very special day! My dear friend Katherine is landing in SXM!!! She found the deal of a lifetime on a last minute plane ticket and she left her family behind in the snow (no, wait, there was no snow this year for Christmas I heard). Kat is spending Christmas with Mag this year!!! Woohoo!!! One week went by really fast, but we had time for lots of fun stuff and a little craziness. All my boater friends loved her and – other than her ‘glow-in-the-dark’ skin tone – she fitted like a glove in the gang.

We didn’t plan it that way, but it turned out we were celebrating 30 years of friendship!

  • Kat : Wow!!! 30 years! We should get a tattoo!
  • Me : Hell yeah! Well, if we can find someone to do it on the island, short notice, during Christmas…

End of discussion.

One boater thing to do in SXM is to go to the Lagoonies for happy hour! Rhum punch is 2$, who can beat that? So here we went with the gang. We both had water and a drink, and then the obvious next step is? Bathroom… Kat goes, and then she comes back with a big smile!

  • Mag! Guess what I found?
  • What?
  • I saw a sticker that said “Tattoo Victor” in the bathroom hallway!
  • Really?
  • Let’s check on google to see where he is!

(ladies googling on the lagoonies WiFi…)

  • Holy mackerel! He’s in Grand Case!!! That’s exactly where we are planning to go tomorrow Kat! Welcome synchronicity!!!!!!!

Next morning we get up early to catch the 8H30 Sandy Ground Bridge opening to get out of the lagoon and motor to Grand Case (no wind). In Grand Case we walk around and as we walk towards Victor’s studio, we ask people if they know him and if he’s recommended. We only hear good things… so we’re confident. When we got to his studio, Victor was busy tattooing someone else. He said to come back around 5pm. Ok!

Does that mean he’s going to give us another appointment at 5pm? Or is that the appointment? We’re not sure, so we better be prepared! We found the coolest restaurant to share an expensive club sandwich and draw our ideas on a piece of paper while looking at the beach.

After the drawing session, walking and swimming on the beach, checking out all the little shops in the village, it was getting near 5pm, and we were excited to see what was going to happen! Victor’s studio was very small, cosy and highly decorated. We sat in the green couches while explaining the ideas, and an hour later, we were walking out of there with saranwrap on our feet! We were already forever marked by each other, but we now have another way to look at it!

On était maintenant le 20 décembre et c’était un jour très spécial! Ma chère amie Katherine atterrissait à SXM tout bientôt! Elle avait trouvé une aubaine de dernière minute sur un billet d’avion, puis elle a laissé sa famille derrière, dans la neige (quoi que la neige au Québec cette année n’était pas ce que ça a déjà été). Kat allait passer Nwël avec Mag cette année!!! WOUHOU!! Une semaine allait passer très vite, mais ça nous laissait quand même le temps pour beaucoup de plaisir et même un peu de folie! Tous mes amis de bateau l’ont adorée. Mis à part son teint un peu glow-in-the-dark qui trahissait son arrivée récente, elle semblait faire partie du groupe depuis toujours!

Ça n’était pas initialement prévu, mais ça s’adonnait que nous célébrions 30 années d’amitié!

Kat

  • Wow!!! 30 années! On devrait se faire faire un tattoo!

Moi

  • Ouais, c’est clair! Si on peut trouver un tatoueur disponible, à si peu de pré-avis, sur l’ile, dans le temps de Noël!

Fin de la discussion.

Une des habitudes des voileux de Saint-Martin, c’est de passer au Lagoonies pour l’apéro. Le Rhum Punch est à 2$… c’est une aubaine imbattable! Donc on s’est joint au groupe. On a bu du rhum, un peu d’eau, et encore du rhum. Avant longtemps, Kat s’est excusée et s’est dirigée vers les toilettes, pour en revenir, quelques minutes plus tard, avec un grand sourire!

  • Mag, devine ce que j’ai trouvé?
  • Quoi?
  • J’ai vu un sticker qui dit « Tatoo Victor » dans l’entrée des toilettes.
  • Vraiment?
  • Essaie de voir sur google map où il est.

** Les deux filles qui googlent sur le WiFi du Lagoonies **

  • Whoa! C’est pas vrai! Il est à Grand Case… c’est l’endroit exact où on planifiait aller demain! Ca ne peut pas être une coincidence!

Le lendemain matin, nous nous sommes levées tôt pour être à l’heure pour l’ouverture du pont de Sandy Ground de 8h30 et ainsi sortir du lagon. Nous avons fait du moteur jusqu’à Grand Case, puisqu’il n’y avait pas un pet de vent. Sur place, tout en marchant vers le studio de Victor, nous nous sommes informés auprès des passants et des locaux à savoir s’ils le connaissaient et s’il était recommandable. Nous n’avons eu que des commentaires positifs. Une fois rendus à son studio, Victor était occupé à tatouer quelqu’un. Il nous a demandé de revenir vers 17h. Ok!

Est-ce que ça veut dire qu’il va nous donner un rendez-vous quand on reviendra à 17h, ou est-ce que c’était ça le rendez-vous? Nous n’étions pas trop certaines, alors mieux valait être préparées! Nous avons trouvé le plus cool des restaurants et avons dessiné nos idées sur un bout de papier tout en  regardant la mer et en se partageant un club sandwich hors de prix.

Après notre session de dessins, nous sommes allées marcher sur la plage et nager un peu, puis avons exploré le village et visité ses petits magasins. 17h approchait et nous étions excitées de voir ce qui allait arriver! Le studio de Victor était très petit, confortable et abondamment décoré. Nous étions assises dans des divans verts, en lui expliquant nos idées, et une heure plus tard, nous en sortions avec du film plastique autour des pieds ! Nous étions déjà marqués à jamais l’une par l’autre, mais nous avons maintenant une autre manière de le voir!

At the end of the day we came back to the boat, and with the wind very light, the swell was doing its magic and Kat started to look a little greenish, so we raised anchor in the dark and started motoring back to Marigot. As we were motoring along on autopilot, Kat spotted a blue light on a boat.

  • Look! Do you think it’s the police?
  • I don’t think so, I’ve never seen the police around here. And there’s some party boats with random lights all the time…
  • But it looks like there’s 2 boats together!

I squeeze my eyes…

  • Are you sure? I don’t see that.

Guess what? Yep, she was right, a few moments later the police arrived behind us in a large zodiac. There were at least 6 good looking men on board. As they approach us on port, I ask (in French)

  • Good evening officers! What can I do for you?
  • We are verifying customs and immigration paperwork!
  • No problem, the boat and I are checked in, and my friend here flew in a few days ago. Let me go get the passports and paperwork down below.

I gather the documents quickly and walk back outside so realize that there’s now a police in the cockpit! (Kat explained later that he jumped on board to grab the helm, as if I had left the boat unpiloted like an idiot while running down below. Euh… Hello, welcome to the technology of autopilots!) So this ‘useless’ officer goes back on his boat, while another one jumps ship and asks if he can check the cabin to verify there’s no one else on board.

  • Of course, go ahead Sir!

He goes and comes back pretty quickly, all impressed! Not about the fact that there was no man hiding down below (duh!), but about the tidiness of the boat! He said

  • I’ve seen many boats, but I’ve rarely seen such a clean and lovely boat! With nice Christmas lights too!
  • Oh thank you! Well as you can see, I have a visitor, so I’m doing my best in the welcoming department!

The officer went back on his boat, and while one was still taking notes of the paperwork I asked if there was a specific reason for their visit, or if this was just routine checkups. They said it was their routine, they patrol the waters every night, looking for illegal immigrants.

This quick visit probably shook Kat just enough to make her forget her seasickness! We grabbed a mooring in Marigot for the night, and took the 8H30 bridge the next morning. Back in the lagoon, no more swell, Kat is happy again.

Because we’re tourists, we had to do the tourist thing that we had not done yet… Maho beach! This is the famous beach that is at the very end of the SXM runway. Check the pictures, you’ll understand!

Is it Christmas yet? Almost! For the 24th, we went to the Bistro de la mer, with a bunch of other French Canadians. For our karaoke contribution, Lea, Kat and I sang “Dancing Queen (ABBA)”. And on the 25th, just like last year, we rafted 3 boats together (Sage, BiggerFish and That’s it) to host a huge pot luck dinner! Santa came by for the gift exchange (again, of random stuff we don’t want on our boats anymore) and with all the dinghy visitors, we ended up with 27 people on board the 3 boats. Another successful party!

À la fin de la journée, nous sommes retournés au bateau, et avec un vent très léger, la houle faisait son effet et Kat commençait à avoir l’air un peu verdâtre, alors nous avons levé l’ancre dans l’obscurité et avons commencé à remonter vers Marigot en utilisant le moteur. Alors que nous naviguions en pilote automatique, Kat a repéré une lumière bleue sur un bateau.

  • Regarde ! Penses-tu que c’est la police ?
  • Je ne pense pas, je n’ai jamais vu la police par ici. Et il y a toujours des bateaux de fête avec des lumières de toutes les couleurs…
  • Mais on dirait qu’il y a deux bateaux ensemble !
  • Je plisse les yeux…
  • Es-tu sûr ? Je ne vois pas ça.

Devinez quoi ? Ben, oui, elle avait raison! Quelques instants plus tard, la police est arrivée derrière nous dans un grand Zodiac. Il devait y avoir au moins 6 beaux hommes à bord. Alors qu’ils s’approchaient de nous par bâbord, je demande :

  • Bonsoir officiers ! Que puis-je faire pour vous ?
  • Nous vérifions les documents de douane et d’immigration.
  • Pas de problème, le bateau et moi sommes en règle, et mon amie ici est arrivée en avion il y a quelques jours. Laissez-moi aller chercher les passeports et les documents en bas.

Je rassemble rapidement les documents et reviens dehors pour réaliser qu’il y a maintenant un policier dans le cockpit ! (Kat a expliqué plus tard qu’il avait sauté à bord pour prendre la barre, comme si j’avais laissé le bateau sans pilote comme une idiote pendant que je courais en bas. Bonjour, bienvenue dans la technologie des pilotes automatiques !) Alors cet officier “inutile” est retourné prestement sur son bateau, tandis qu’un autre sautait sur le nôtre et demandait s’il pouvait vérifier à l’intérieur s’il y avait quelqu’un d’autre à bord.

  • Bien sûr, allez-y Monsieur !

Il part et revient assez rapidement, tout impressionné ! Non pas par le fait qu’il n’y avait pas d’homme caché en bas (duh !), mais par la propreté du bateau. Il dit :

  • J’ai vu beaucoup de bateaux, mais j’ai rarement vu un bateau aussi propre et charmant. Avec de jolies lumières de Noël aussi !
  • Oh merci ! Eh bien, comme vous pouvez le voir, j’ai de la visite, donc je fais de mon mieux dans le département de l’accueil !

L’officier est retourné sur son bateau, et tandis que l’un prenait encore des notes sur les documents, j’ai demandé s’il y avait une raison spécifique pour leur visite, ou si c’était simplement des contrôles de routine. Ils ont dit que c’était leur routine, ils patrouillaient les eaux chaque nuit à la recherche d’immigrants illégaux.

Cette visite rapide a probablement suffi à secouer Kat juste assez pour qu’elle oublie son mal de mer ! Nous avons pris une bouée à Marigot pour la nuit et avons pris le pont de 8h30 le lendemain matin. De retour dans le lagon, plus de houle, Kat est de nouveau heureuse.

Parce que nous sommes des touristes, nous devions faire l’activité touristique que nous n’avions pas encore expérimentée… la plage de Maho ! C’est la célèbre plage qui se trouve tout au bout de la piste de l’aéroport de SXM. Regardez les photos, vous comprendrez !

Noël est-il déjà là ? Presque ! Pour le 24, nous sommes allés au Bistro de la mer, avec un tas d’autres Québécois. Pour notre contribution au karaoké, Léa, Kat et moi avons chanté “Dancing Queen (de ABBA)”. Et le 25, tout comme l’année dernière, nous avons réuni 3 bateaux (Sage, BiggerFish et That’s it) pour organiser un énorme dîner partagé ! Le Père Noël est passé pour l’échange de cadeaux (encore une fois, avec des trucs dont nous n’avions plus besoin sur nos bateaux respectifs) et avec tous les visiteurs en annexe, nous nous sommes retrouvés avec 27 personnes à bord des 3 bateaux. Une autre fête réussie!

Time flies when we’re having fun. I dinghied Kat to the airport on the 27th. Then the dinghy got lifted for another-other-other-…-other refix. And while the glue was drying, I was looking at the weather, because everyone was making plans for New Years eve… in St-Barth. Why ? Apparently, that’s where all the mega yacht go, there’s a big party in the street with live music, and the fireworks are awesome. Ok, why not?!

I left Marigot on the 30th, sailing to St-Barth is a quick nav, but I wanted to stop in l’ile fourchue… just north of St-Barth. I found that place so freaking beautiful when I stopped last year, I wanted to see it again, and go on land and snorkel this time. I easily convinced BiggerFish to join me. They were in Tintamarre… and I apparently need to plan a stop there another time too.

For the 31st, we only had a very short sail left between l’ile fourchue and St-Barth, and Loïck (Hugo’s son visiting) joined me for the ride. We left the mooring ball under sail (not the prettiest way, but we did it!) and sailed between the massive mega yachts that were spread over at least 2 square miles in front of Gustavia. We found a spot to drop the anchor in 25ft of water, which is a miracle considering the density of the anchorage, and went to the customs office for clearance. The party was as expected and memorable : live music in the street, huge fireworks, and lots of bling-bling everywhere… We finished the evening on the boat “Pure Freedom” with all our Quebecker friends. Everyone had a hard time finding their boat after the party and a good headache the next day. Those who thought they were sailing off on the 1st, slept in and changed their plans…

Le temps passe vite quand on s’amuse. J’ai amené Kat à l’aéroport le 27. Ensuite, l’annexe a été remontée pour une autre-autre-autre-…-autre réparation. Et pendant que la colle séchait, je regardais la météo, car tout le monde planifiait le réveillon du Nouvel An… à St-Barth. Pourquoi? Apparemment, c’est là que vont tous les méga-yachts, il y a une grande fête dans la rue avec de la musique live, et les feux d’artifice sont impressionnants. Ok, pourquoi pas!

J’ai quitté Marigot le 30. Naviguer jusqu’à St-Barth est une nav rapide, mais je voulais m’arrêter à l’île Fourchue… juste au nord de St-Barth. J’ai trouvé cet endroit tellement magnifique quand je me suis arrêtée l’année dernière, je voulais le revoir. Cette fois-ci, je voulais aller sur terre et y faire un peu de plongée en apnée. J’ai facilement convaincu BiggerFish de se joindre à moi. Ils étaient à Tintamarre… et apparemment, je dois planifier un arrêt là-bas une autre fois aussi.

Pour le 31, il ne nous restait qu’une très courte navigation entre l’île Fourchue et St-Barth, et Loïck (le fils de Hugo en visite) m’a rejoint pour la journée. Nous avons quitté la bouée sous voile (pas la manière la plus jolie, mais nous l’avons fait !) et avons navigué entre les méga-yachts massifs qui étaient répartis sur au moins 2 miles carrés devant Gustavia. Nous avons trouvé un endroit pour jeter l’ancre dans 25 pieds d’eau, ce qui est un miracle compte tenu de la densité du mouillage, et sommes allés au bureau des douanes pour les procédures administratives habituelles. La fête fut mémorable : de la musique live dans la rue, de grands feux d’artifice et beaucoup de bling-bling partout… Nous avons terminé la soirée sur le bateau “Pure Freedom” avec tous nos amis Québécois. Tout le monde a eu du mal à retrouver son bateau après la fête et a eu un bon mal de tête le lendemain. Ceux qui pensaient partir en mer le 1er ont dormi et ont changé leurs plans…

With a bit of delay... Happy new year from Sage and crew 🙂

Avec un peu de retard... Bonne année de la part de Sage et tout l'équipage!

Recevez une notification par courriel à chaque nouvelle publication

Juste nos histoires... aucun spam, promis!

This Post Has 7 Comments

  1. Julie

    J’ai hâte de lire la suite. C’est toujours amusant et intéressant vous lire. Bonne continuation!

    1. Magalie Laniel

      Merci Julie! La suite bientôt…!

  2. Aline Prefontaine

    Fière de toi pour ton 140mn en solo!!! Bravo!!!
    Et pour toutes ces belles images, ces belles histoires de navigation et de rencontres d’amis. Sage est un bon garçon, il a un bon comportement 😁 merci!!!

    1. Magalie Laniel

      Haha! Merci Aline! Oui Sage est bon (ou bonne) avec nous 😉

  3. Ted Jones

    Always so nice to read your stories and photos. Like the tattoo. When will I ever see you again? Beginning to think you are an island girl now

    1. Magalie Laniel

      Island girl for a bit, maybe. But I’m sure I’ll come back via Florida at some point, by sea or air 😉 Thanks for following us Ted!

  4. Jocelyne

    Un p’tit Coucou du Mexique pour ma petite Coccinelle voyageuse!
    Je te félicite pour ta navigation de nuit en solo avec un record de vitesse et de temps sur Sage pour cette distance. J’ai tellement pas le pied marin que j’étais sur le bord d’avoir mal au coeur juste en regardant ta p’tite vidéo filmée dans ce gros temps. Waww! Je comprends que tu te sentais comme dans une machine à laver 🙁
    Je suis contente que tu t’amuses autant et aussi que tu aies eu la visite de ta grande amie Kat pour Noël…30 ans déjà. Comme le temps passe vite! Je vous revois toutes les deux au secondaire…que de bons souvenirs vous devez avoir à vous raconter.
    C’est toujours bien intéressant quand tu prends de courtes vidéos pour nous montrer où tu es. On a l’impression de vivre des p’tits bouts de votre quotidien qui n’est tout sauf ordinaire. 🙂
    Merci pour la photo du p’tit CHAT…. (Tu dois t’ennuyer de Jaï Miaw!Miaw!)
    Je vous souhaite de faire encore de belles découvertes dans votre aventure!
    MOM XOX

Leave a Reply